Le défi c’est reparti !

10 ans d’existence au Royaume Uni et la 4eme année en France, je veux parler bien sur du
Défi de
janvier ce mois sans alcool par choix et sans contrainte
qui permet à chacun, sauf en cas d’alcoolo dépendance avérée, de mesurer le rapport entretenu avec l’alcool.

En décembre... On Joue !

Mais c’est quoi ce défi ?

Le défi de janvier consiste à s’abstenir de toute consommation d’alcool pendant 31 jours.
C’est mettre son organisme au repos (votre foie vous remerciera) après les éventuels repas trop copieusement arrosés pendant les fêtes. Attention, car je parle bien de ne pas boire et pour mémoire la sobriété c’est savoir se contenter de peu… 
La sobriété dans la consommation d’alcool c’est toute l’année, le défi c’est zéro alcool. C’est aussi et c’est pour moi le plus important, le moyen de mesurer son rapport à l’alcool d’une manière volontaire et continue pendant un mois ! Au-delà des « J’arrête quand je veux » ou des « moi je bois mais je sais me tenir » qui ne sont pas des arguments, il s’agit de mettre en pratique des paroles que l‘on prononce souvent à la suite d’une réflexion d’un proche…

Qui sont les organisateurs en France ?

Le mouvement est soutenu par des municipalités, par des collectivités mais aussi par des entreprises qui incitent leurs salariés à participer au défi de janvier. Certaines municipalités se sont engagées pour cette 5eme édition Aix-en-Provence, Amiens, Marseille et Strasbourg qui rejoignent Brest, Grenoble, Paris, Nantes et Toulouse parmi les collectivités partenaires. Parmi les entreprises engagées , on peut citer la
MACIF et la Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH) qui vont relayer le défi auprès de leurs publics cibles. Les structures organisatrices sont des associations : Addict’AIDE, Association Addictions France, Fédération Addiction, Fédération Française d’Addictologie, France Assos Santé, France Patients Experts Addictions, Ligue contre le cancer, Société Française d’Alcoologie, RESPADD. Si le défi de janvier est porté par des association engagées dans la prévention des addictions, les grands absents sont les pouvoirs publics ! Cette année encore le nouveau ministre de la santé a préféré une déclaration d’intention sur sa « sobriété personnelle » en janvier et s’en tenir aux campagnes ciblées (jeunes & femmes) dont les lobbies de l’alcool tolèrent l’existence, plutôt que de s’engager sur un problème de société touchant 30% de la population (Dont 10% de malades alcooliques) et responsable de 45 000 décès par an.

Alors c’est pour Qui ce défi ?

Le défi de janvier s’adresse aux personnes qui pensent ne pas avoir de souci d’alcool et celles et ceux qui boivent de manière irrégulière en fonction des évènements… Si vous savez que vous faites partie des personnes qui « ont un problème » avec l’alcool, que vous vous reconnaissez comme alcoolo dépendant (ne pas pouvoir se passer d’alcool sans présenter de signes de sevrage, le défi de janvier n’est pas pour vous… Un sevrage est dangereux si vous n’êtes pas accompagné par un professionnel de santé. Je vous invite à en parler avec votre médecin, il saura vous guider vers des professionnels de l’addictologie.

Un frein à mes libertés ?

Parfois certaines personnes ont l’impression que ce défi est un frein à leur liberté individuelle… ?? Rien ni personne ne vous oblige à le faire… C’est le caractère incitatif sans être obligatoire qui fait le succès de cet évènement. Depuis son arrivée en France il y a 4 ans, le Défi de janvier a su attirer de plus en plus de participants mais aussi de partenaires. La notion de « sobriété » est souvent reprise par les personnes proches des lobbies alcooliers reprenant ainsi l’idée de « modération » notée sur les bouteilles sans être expliquée ou de « tempérance ». Ces mots désignent en français la qualité ou le comportement d’une personne (ou d’un animal) qui est sobre, modéré dans sa consommation de nourriture et de boissons alcoolisées. L’alcoolisme étant une maladie progressive et mortelle, je ne mentionnerai pas ici les crimes et délits commis sous influence, 1 féminicide sur 2, 30% des violences faites aux femmes, et la mise à l’écart de ces personnes malades qui ayant perdues famille emploi et raison de vivre en société se retrouvent à la rue.

On sera combien ?

Le défi de 2021 avait réuni 8000 participants et environ 13500 téléchargements de l’application.
En 2022, nous étions 16000 inscrits et 15000 à télécharger l’application.

L’année dernière ce sont près de 32000 personnes qui ont téléchargé l’application et ont tenté l’expérience du Défi.
Cette année, nous attendons encore plus de monde et le soutien aux participants sera encore plus important 
avec la reconnaissance officielle d’un groupe d’auto-support fermé sur Facebook.

2021

0
Participants

2022

0
Participants

2023

0
Participants

Comment participer ? ou être soutenu pendant mon défi ?

Les soutiens ne manquent pas cette année et en tant que secrétaire général de l’une des associations partenaires, vous en donner ici un aperçu me parait très naturel !

En premier lieu l’application est bien sur disponible et vous permet
de recevoir des conseils pour réussir votre défi :

En complément de l’application qui vous permet chaque soir de cocher la journée effectuée vous pouvez recevoir régulièrement des conseils pratiques pour mener à bien votre parcours.

Parce qu’il est plus facile de relever un défi en groupe, le groupe Facebook avec inscription (pseudo) obligatoire Ce groupe enregistre les challengers (qui participent) et les supporters (abstinents rétablis patients experts addictions pour la plupart) Le groupe est modéré pour assurer une bienveillance dans les discussions et éviter les démarchages intempestifs…

Les 10 bénéfices du Défi de janvier

Après quatre années d’existence du défi en France, il est plus facile de parler de retours d’expériences.

C’est un élément fédérateur et des communautés se créent dans les entreprises, les quartiers ou sur les réseaux sociaux. Membre du groupe officiel Facebook en tant que soutien pour les challengers, je vois que les inscriptions vont bon train.
Le mois de janvier est également celui des régimes et des bonnes résolutions. Remettre son compteur d’alcool à zéro c’est soulager son foie et détoxifier son organisme
Un des symptômes de l’addiction est de perdre le contrôle. Cela signifie consommer sans raison, sans plaisir et de manière automatique… Nul doute que l’abstinence choisie est le moyen le plus sûr de tester sa relation à l’alcool.
La consommation d’alcool provoque tout d’abord une phase d’euphorie et de désinhibition. La phase suivante, le contre effet est d’etre plongé dans un moment de dépression et de fatigue. Mais la qualité du sommeil est altérée… Et la récupération ne s’effectue pas. Sans alcool votre corps et votre cerveau sont mieux irrigués et les phases de récupération sont réelles et vous permettent de vous réveiller en pleine forme !
Conséquence d’un meilleur sommeil, le regain d’énergie est sensible. Plus d’énergie cela signifie également une plus grande facilité à communiquer avec les autres. Les bienfaits de l’abstinence profitent également aux autres…
L’alcool contient du sucre ! Les cocktails sont particulièrement riches en sucre et désastreux pour la glycémie, or, un excès d’insuline dans le sang peut entraîner des conséquences néfastes sur la santé, y compris une prise de poids ou du diabète.
Physiques ou mentales vos performances seront meilleures sans consommer d’alcool… De quoi vous donner envie de consommer avec sobriété c’est-à-dire en ne dépassant pas deux verres-doses par jour (Un verre = 10g d’alcool pur) pendant 5 jours et deux jours d’abstinence par semaine. Un simple calcul vous montre par ailleurs que ces recommandations portent à 104 jours par an hors défi de janvier l’abstinence d’un buveur pratiquant la « modération » qui figure sur chaque bouteille !
Contrairement aux idées reçues, l’alcool déshydrate l’organisme… La consommation d’alcool va donc jouer un rôle important sur votre peau qui va devenir sèche ! et donc moins agréable au toucher…
En cette période d’incertitudes économiques, d’inflation et de surcouts énergétiques, une économie est toujours la bienvenue… En fonction de votre consommation cela peut vite atteindre une centaine d’euro ! mais rien ne vous empêche de mettre ce chiffre en commentaire !
les éditions passées ont montré qu’une abstinence d’un mois conduit les participants à revoir leur consommation à la baisse sur l’année entière. Il ne s’agit pas de ne plus boire d’alcool, mais de respecter sa liberté de choisir ce que l’on veut boire avec qui, et comment !
Les éditions passées ont montré qu’une abstinence d’un mois conduit les participants à revoir leur consommation à la baisse sur l’année entière. Il ne s’agit pas de ne plus boire d’alcool, mais de respecter sa liberté de choisir ce que l’on veut boire avec qui, et comment !

Je n’y arrive pas c’est grave ?

Non, ce n’est pas grave !  C’est une information et c’est à vous d’agir sur la base de cette information.

Je vous suggère ou de passer un test avec quelques questions précises pour mesurer ce lien dont vous n’arrivez pas à couper le cordon. 

Le Test AUDIT est disponible : 

Vous pouvez aussi consulter un professionnel de santé qui vous apportera une réponse documentée si vous le jugez nécessaire

Mon expérience personnelle du sujet me laisse penser que les personnes qui se
mettent en danger à cause de leur consommation d’alcool, sont celles qui disent haut et fort qu’elles arrêtent quand elles le veulent…

Pour conclure

Je ne suis pas un opposant à l’alcool, ni un « coupeur de vigne ».
Il fut un temps ou j’appréciais les grands crus, les digestifs « made in France » ou les apéritifs écossais, mais nous avons en France 10% d’alcoolodépendants et 20% de consommateurs à risque de le devenir sans qu’ils ou elles aient un jour choisi cette issue.
L’alcool est un pansement sur des blessures plus profondes, une solution de soulagement temporaire qui conduit à une prison mentale dont il est difficile de sortir.
L’alcoolisme est une maladie et personne ne souhaite devenir malade.

C’est l’usage du produit qui est dangereux et c’est pour le bien de tous et surtout des plus vulnérables, que j’exerce dans le domaine de la prévention des conduites addictives.

Retour en haut